1 -  Morpho-Sophrologie

2 -  La méthode F.M Alexander

 

 

 

1 - Morpho-Sophrologie

J’ai créé ce néologisme composé qui exprime clairement que j’associe la Sophrologie aux techniques posturales pour améliorer et préserver la morphologie de l’ossature de la colonne vertébrale et du corps dans son ensemble.

J’ai créé ce protocole car la plupart du temps nous n’avons malheureusement pas conscience de nos mauvaises postures corporelles (assis, debout, allongé ou dans nos déplacements). Dans tous ces cas de figures il faut systématiquement se comporter de manière à respecter l’anatomie morphologique de notre corps. Cela s’applique aussi aux mouvements des bras, exemples : ne jamais prendre un sac sur le siège arrière d’une voiture en contorsionnant l’articulation de l’épaule, ne jamais fermer une porte en contorsionnant le bras vers l’arrière, mais tourner le buste et fermer la porte en étant de face etc. Pour le dos, idem, nous savons qu’il faut éviter de se pencher pour porter une charge lourde sans plier les jambes au préalable, ni se pencher brutalement en avant même pour une charge légère. Il est donc primordial de prendre conscience de nos mauvaises postures et mouvements afin de les corriger.

Les multiples avantages d’adopter des bonnes postures : aide à réduire les risques de maux de dos (musculaire ou vertébral), de tassement de la colonne vertébrale ou de déformation de la colonne, de déséquilibre orthopédique, de douleurs articulaires, de tendinites, de maux de tête (ceux liés aux contractures musculaires ou à la pression des vertèbres et la pression sur les nerfs de la colonne vertébrale) et améliore l’équilibre et le tonus postural.

Corriger ces erreurs de postures et mouvements peut limiter ces risques cités ou les soulager s’ils sont déjà présents.

D’autre part, se tenir bien droit permet d’avoir une meilleure respiration puisque la cage thoracique et l’abdomen ne sont pas comprimés. Et je rappelle qu’une respiration abdominale, régulière et profonde est source d’une meilleure santé. Les scientifiques ont prouvé qu’une bonne respiration diminue les risques d’AVC, de cancers et d’autres maladies liées au stress et au manque d’oxygénation du sang. La Sophrologie vous apprend justement à bien respirer, en plus de tous ces autres bienfaits.

Pour corriger durablement ces erreurs, il faut intégrer les bonnes postures dans notre conscient mais également dans notre inconscient et notre subconscient.

C’est là que la Sophrologie intervient avec des techniques où nous allons corriger nos erreurs posturales en faisant des exercices durant lesquels nous serons en méditation de pleine conscience pour bien intégrer les bonnes postures et les inscrire dans notre inconscient et subconscient. Je rappelle que la Sophrologie vous fait travailler sur le conscient afin de modifier positivement l’inconscient et le subconscient. La Sophrologie permet ainsi de mémoriser en profondeur puisque cela agit directement sur le cerveau dans les régions de l’apprentissage.

Il faut cependant refaire ces exercices plusieurs fois puisque c’est la répétition qui aide à la mémorisation, et ensuite continuer les exercices chez soi régulièrement pour éviter le retour des mauvaises postures.

En posture assise ou debout pour éviter de tasser la colonne, il faut justement se tenir droit et il faut étirer la colonne délicatement vers le haut par le rehaussement de la tête tout en gardant les épaules basses. De plus cela permet de moins nous tasser avec l’âge et par conséquent de perdre moins de centimètres sur notre stature à un âge très avancé, puisque nous savons qu’avec le temps nous pouvons perdre jusqu’à 5cm voire même 10 cm, et dans certains encore plus.

 

Concernant les postures de sommeil, la plus conseillée est celle sur le côté (mais pas trop recroquevillé) et de changer de côte régulièrement, puisque sur le côté gauche cela appui sur le cœur et les poumons et sur le côté droit cela impacte le pancréas, l’estomac et la rate. Il ne faut pour ces raisons ne pas passer la nuit complète dans la même position. Mais heureusement dans la nuit notre corps change régulièrement de côté d’une manière instinctive ce qui permet que tous ces points d’appuis ne posent pas de soucis. La position sur le côté droit ou gauche permet de conserver une bonne position de notre colonne vertébrale. Dormir sur le côté gauche permet au corps de faire un meilleur drainage lymphatique durant la nuit c’est-à-dire de filtrer les glucoses, les protéines et autres molécules et toxines nécessitant d’être filtrées. En résumé, si vous changer souvent de côté cette position est vraiment bonne pour votre corps et votre santé.

Dormir sur le ventre est malheureusement pour les adeptes une mauvaise position car cela entraine des pressions sur vos disques cervicaux, lombaires et du sacrum.

Et dormir sur le ventre ne permet pas une bonne respiration, donc mauvaise oxygénation du sang et peut déclencher des apnées du sommeil puisque la compression de la cage thoracique comprime l’amplitude des poumons.

Quant à la position sur le dos c’est une position qui peut provoquer également des pressions sur les lombaires et peut aussi déclencher des apnées du sommeil et des ronflements, sauf si vous mettez un oreiller fin sous les genoux ou si votre kinésithérapeute   ou rhumatologue vous confirme que dans votre cas de morphologie cette posture n’est pas un problème.

Dormir confortablement est compliqué mais dormir confortablement est tellement vital que vous devez vous assurer auprès de votre kinésithérapeute ou rhumatologue de savoir laquelle des positions est préférable pour vous.

2 - La méthode F.M Alexander

(Parallèle entre cette méthode et le réajustement des postures de Yoga)

 

 

 

Durant mes recherches sur l’impact des mauvaises postures de la vie quotidienne (assis - debout -  allongé ou dans nos déplacements), j’ai découvert la Méthode F.M Alexander ((Frederick Mathias Alexander) qui d’ailleurs utilise également la force mentale pour corriger les postures. Je me suis intéressée à cette méthode et me suis beaucoup documentée. Le thérapeute place ses mains sur la colonne vertébrale au niveau des lombaires, dorsales et cervicales et ainsi il aide à la mémorisation des bonnes postures par la technique mémo-sensorielle. En effet, le contact de la main va aider à mémoriser en venant inscrire la bonne posture dans l’inconscient et le subconscient par le biais des régions du cerveau de l’apprentissage (Précisément dans le cortex somato-sensoriel qui reçoit des informations de la surface du corps. Les récepteurs que nous avons sur la peau sont reliés au cerveau et par conséquent au cortex). 

 

Depuis que je pratique mon cours de SophroYoga, lorsque mes élèves pratiquent la posture de l’arbre (Vrikshana) ou la posture de la montagne (Tadasana) ou la posture du Lotus, j’insiste à les faire garder les épaules basses dans ces postures, pour éviter les tensions des trapèzes, de la nuque et des tendons de l’épaule. (En effet, en relaxation et méditation, les épaules doivent être basses systématiquement, d’où mon insistance en tant que Sophrologue à garder les épaules basses dans ces trois postures de Yoga qui sont des postures de relaxation et méditation, ainsi que dans d’autres postures qui nécessite de garder aussi les épaules basses). Pour les aider, j’ai justement toujours posé mes mains sur leurs épaules afin qu’ils prennent conscience du bon positionnement et de la détente que procure le fait de garder les épaules basses dans ce genre de postures de Yoga ou de relaxation. Je leur fais également prendre conscience de l’intérêt majeur dans la vie quotidienne à bien garder les épaules baissées. Le réajustement est valable aussi si les jambes, les bras, la tête ou le dos sont mal positionnés durant une posture de Yoga. Certes, dans certains cours de Yoga collectifs comprenant trop d’élèves, on ne peut pas faire systématiquement des réajustements physiques à chacun, mais dans ce cas il est primordial d’être très explicatif dans les réajustements oraux.

 

J’ai ainsi réalisé à la découverte de la méthode F.M Alexander, l’intérêt du réajustement physique des postures par le professeur de Yoga. En effet lorsque le professeur de Yoga ou autre discipline physique, réajuste les postures de ses élèves, cela permet donc comme expliqué ci-dessus d’inscrire plus facilement la bonne posture dans la mémoire de l’élève grâce au mémo-sensoriel.